Petit rappel : A qui s’adressent les moyens de CAA ?

La communication alternative et augmentée «  regroupe l’ensemble des formes de communication proposées aux patients qui ne possèdent aucune parole, ou dont l’expression est inintelligible ; ou bien encore dont les troubles spécifiques […] sont si importants qu’ils empêchent d’atteindre un niveau efficace de communication ». (Brin et al., 2004, p. 55)

Pathologie
Les facteurs à l’origine de ces troubles sont multiples. Il peut s’agir :

  • D’un trouble de la parole engendré par des difficultés motrices au niveau respiratoire, laryngé ou bucco-facial
  • D’un trouble du langage, touchant le versant réceptif et/ou expressif, au niveau phonologique, lexical ou syntaxique
  • D’une déficience auditive gênant la réception du message oral.

Ces troubles peuvent être isolés ou multiples, développementaux ou acquis, évolutifs ou non. Cela concerne donc des personnes de tout âge souffrant de pathologies variées telles que la paralysie cérébrale, les troubles envahissants du développement, la dyspraxie verbale, la dysphasie, la déficience intellectuelle, la surdité, la dysarthrie, l’aphasie ou les maladies neurodégénératives.

Cependant, comme le souligne Cataix-Nègre (2011) « quelle que soit la pathologie, la communication alternative et améliorée s’attache aux symptômes : elle s’appuie toujours sur les capacités des personnes pour compenser leurs efforts et viser la rapidité, la simplicité et l’efficacité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *